Question de hiérarchie

Publié le par clavaboudchuc

Réaction à un article de Philippe Cohen, sur le site Marianne2007 mardi 21 février 2007

"Aide-le et Bayrou s'aidera (suite)"

Que nous ayons raison ou pas, le ressenti est essentiel, il n’est pas une abstraction sans conséquence, c’est un élément qui modèle la réalité. J’en viens donc à me demander quelles sont les questions qui me « paraissent » primordiales et si elles sont traitées.

 

 

4 questions me semblent hiérarchiquement supérieures. Elles ouvrent une boite d’interrogations précises dont je ne choisis ici que quelques unes.

Ces questions s'illustrent bien à travers le regard sur 4 acteurs : les Etats Unis, la Chine, l’UE et la République française

 

 

 

 

La question internationale ; le cas Iranien peut paraître effectivement exemplaire.

Derrière cela  on peut y voir les interrogations suivantes :

- Quel positionnement par rapport au Etats Unis. Et plus précisément faut il suivre ou s'opposer à la stratégie de fusion atlantique tel que le montre Régis Debray dans l’essai "l'Edit de Caracalla" ?

- Quelle analyse du comportement du gouvernement américain : empire ou non, en crise ou non ? (cf Emmanuel Todd) et donc comment agir en fonction de ça ?

 

 

La question économique (donc la question de l’inégalité par logique) qui est en fait la question de la place de la Puissance Publique (les acteurs économiques privés n'ayant par logique peu ou pas d’intérêt à penser collectvité).

En lien avec cela, la stratégie de l'Union Européenne notamment suite au bouleversement provoqué par l’entrée de la Chine dans l’OMC. Il ne s’agit pas de l’emploi industriel mais des 3 secteurs, primaires secondaires et tertiaires y compris la très haute technologie. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir la montée en puissance de la recherche et développement ailleurs. (voir les propos de monsieur Chevènement sur l’Allemagne et ceux plus anciens de monsieur Debré (l'homme de médecine, pas l'autre) parlant de son activité entre Chine et France, ou encore les simples exemples historiques du Japon et plus récemment de la Corée du Sud).

- Protectionnisme ou non et dans quelle mesure ?

- Un protectionnisme pour l'UE seule ou défendu aussi pour d’autres, pour l'Afrique par exemple ?

- Donc par là une politique agricole productiviste, concentrée et prédatrice à l’exportation  ou non ?

- Un zonage économique mondial avec spécialisation ou un refus de cette orientation ?

- Puisque les choix économiques des citoyens se réduisent tout autant qu'augmente la dépendance des PME envers quelques grands groupes : casser ou non les trusts ?

- Par la loi ? Par l'incursion de la puissance publique en tant que concurrent des privés ?

- Quel choix par rapport à l’O.M.C., acceptation ou non du nouvel accord sur les services qui rôde ? A voir les attaques du privés sur tous les domaines, y compris éducation, protection sociale ou régalien (voir pour ça les groupes privés remplaçant la logistique militaire en Afghanistan) on est en droit de penser qu’aucun secteur n’est appelé à échapper à terme aux négociations, pas même le régalien.

 

 

 

 

La question de la République

- Quel outil privilégier pour mener une réorientation de l’UE (c'est à dire un dialogue donc un rapport de force autant qu'une volonté de compromis) : la région ou l'Etat ?

- Quelle est la délimitation de la laïcité et leur position par rapport au blasphème ?

- Quelle est la perception et la place qu’ils accordent à la nation (donc d’histoire longue) et à la citoyenneté ?

- Doit on ou non légiférer sur l’histoire et sur des crimes qui concernent des morts ? En clair pour ou contre une législation mémorielle au risque d’opposer les différentes mémoires ?

- En politique, permettre ou non un renouvellement fort de la classe politique ?

- Par quels moyens l'ouvrir à d'autres groupes sociaux ? Par quels moyens permettre aux acteurs du privés de s’investir sans se perdre en cas d’échec électoral ?

- Sur le plan de l’information, casser ou non les liens médiatique / politique/ économique ? Par quel moyens ?

- Puisque le tout économique domine, permettre ou non d'avoir un débat  médiatisé entre des pensées divergentes sur le service publique ?

(actuellement sur France inter un seul intervenant divergent régulier, uniquement 1 fois par semaine le vendredi avant l'heure de pointe et pendant un temps très court : combien de « Jean Marc Sylvestre » pour 1 « Bernard Maris » ?)

 

 

La question de l’environnement

Elle s’intègre dans les 3 questions précédentes bien sûr, cependant…

- Quelle est la place de l’homme par rapport au vivant ?

- Quel regard sur la notion de progrès ?

 

 

Une fois posé cela, reste à voir qui pose clairement cette hiérarchie ? Qui répond à ces questions de fond…. Qui ?

Je vous laisse juge d’écouter et de lire les candidats pour vous faire votre opinion…

Réponse au prochain épisode ?

 

 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article