Alliés ou aliens : la drôle d'équipe 1

Publié le par stéphane.grim

Réaction à une vidéo sur le blog de Jean Luc Mélenchon : "Débat avec Daniel Cohn-Bendit sur France Inter" le 3 décembre 2009.

 

Nom de nom… j’ai hésité à le mettre ce post. 1 je suis au PS à sa gauche. 2 j’ai voté vert 20 ans ce n’est pas rien. 3 je me considère comme républicain ce qui est tranchant sur bien des questions 4 je défends une approche plus spiritualiste comme pouvaient l’avoir Jaurès et Blum dans « A l’échelle humaine ». Ceci pour expliquer d’où je parle.

J’ai été surpris de cette proposition. Pourquoi ? Parcequ’encore très récemment chez Ruquier tu as qualifié Cohn Bendit de libéral de droite, vision que je partage assez puisque, par exemple, ce sacré maquignon dit oui on peut allier capitalisme et écologie chez Chabot, et non avec toi sur ce plateau. J’ai aussi été inquiet à la première écoute (l’image donne une autre vision que la radio) pour toi et le Front de Gauche : question instinctive, est ce que ça a été débattu avant (je me suis dis que oui mais ça reste une interrogation dans un coin de la tête car je n’ai rien lu ou vu qui corrobore ça), et puis, sans doute que c’est de la tendresse pour la personne et ton travail, j’avais peur que tu donnes une image de quemandeur (comme ça a été dit plus haut). Enfin ça m’a beaucoup questionné sur le : pourquoi pas juste un peu plus tard dans la campagne, pourquoi avec lui et non Duflot, pourquoi dire « Les Verts » alors que tu sais très bien ce que ça signifie… la confiance dans le bonhomme fait que je me suis dit, bon ça donne une image un peu étrange sur la manière (avec les « t’es le meilleur » et autres) mais Meluche n’est pas un coincoin du dimanche, donc tout ça a forcément du sens.
Voilà pour la première impression côté mitigé ou négatif modéré on va dire.

 

Côté positif, j’ai en même temps été très content, je trouve ça tactiquement très fin envers les autres partis et constructif sur ce que cela peut donner en termes de propositions ; mais surtout je suis partagé entre un grand plaisir de voir se profiler un possible retournement de table et une fidélité. D’autant plus que je suis dans une région où le PS a voté fortement non en 2005, où les communistes posent un foutu problème avec le nucléaire.

Tout cela emballé je voudrais te dire que je salue ton action politique, ce que dégage le bonhomme et j’adhère à la plupart des positionnements, d’ailleurs ce n’est pas la première fois que j’écris ici, mais, mais, bémol.

Le problème du MODEM c’est le dirigeant avec sa stratégie présidentielle, le programme économique qui est une horreur et la non consistance idéologique sur le terrain entre les uns et les autres. Mais si tu prends la question des liens entre milieux économiques et médiatiques, du rapport à la question technicienne (Ellul), au matérialisme, il est où Bayrou à ton avis ? Si tu prends la question des comportements de type quasiment mafieux de grandes entreprises, elle est où Lepage ?
D’ailleurs c’est la même question pour Dupont Aignant et Debout la République, là ce n’est pas le bonhomme qui pose problème c’est la question économique encore mais sous un autre angle, exemple il considère toujours la réduction du temps de travail comme une ânerie, mais sur l’OTAN ou le problème que pose l’UE, le salaire maximum, il est où ?

Pourquoi ces conneries tu vas dire, mais il y a une raison et j’y viens au bout de ce paragraphe… Oui il faut de la clarté mais pour ça il faudrait qu’on suive ce que disait Blum… « sortir de la religion de l’unité » au PS, car c’est elle qui nous détruit et pas que les socialistes justement. Et il faudrait accepter de voir qu’une forte proportion des socialistes sont sur la totalité des questions clefs, et non sur une partie (importante) comme les deux cas précédents, des adversaires tout simplement. Je suis d’accord avec ton propos, il ne faut pas dire que c’est juste bon aux chiens ce que les socialistes ont fait, beaucoup sont sincères et surtout une partie (petite) remet vraiment en cause l’ordre des choses, comme Filoche ou Lienneman. Mais tu sais aussi bien que moi que les positionnements cafouillis du PS ont plus de conséquences car c’est un parti plus ancré et poids lourd. La vraie guerre de tranchée elle se finira là, par érosion successives (comme depuis 91) jusqu’à n’être qu’un parti radical spectrale, un MRP des années 50 par autodissolution et glissement ou… dans une explosion…. improbable.
Ce qui les diffère de la marche sarkozienne c’est un triple rejet, celui d’un goût obscène car trop affiché de l’argent et du pouvoir, celui d’un pouvoir trop concentré et celui d’un recours à des pratiques trop ostensiblement manipulatoires à leurs goûts. Une aristocratie de hautes écoles face à une meute de doc holliday. Mis à part ces trois aspects, le cap est le même notamment sur le plan économique, c’est « no limit » et vive les pulsions de mort ! Seule la vitesse change. Et ça n’est pas la « fameuse » question de la diversité qui les séparerait, afficher de la diversité ne remet nullement en cause l’inégalité centrale, celle entre pauvres et riches.
Tu ne le penses peut être pas ou tu ne le dis peut être pas par stratégie (ce que je peux comprendre) mais bon c’est la réalité de terrain à mes yeux.

En vérité la recomposition politique est en cours et tu poses un sacré dilemne à un militant du PS qui voudrait voir ce qui nous reste de combatif aller vers un front, de gauche, écolo, républicain et ouvert au spirituel (je n’ai pas dit religieux). Applaudir ou être emmerdé. Ca prouve sans doute que tu viens de toucher… juste!.

 

Je pense qu’éclairer les clivages est essentiel ; Je crois que faire une alliance avec le MODEM serait une mauvaise idée, idem avec Debout la République à ce stade ; en revanche exprimer publiquement les positions qui semblent constructives chez eux, faire des conférences communes ça oui.
Pour exemple c’est ce qu’a fait Lienneman avec Dupont Aignant. Ainsi le projet de supprimer l’histoire géo en Terminale S (tandis qu’on prône un débat sur l’identité natonale ou qu’on pousse à enseigner l’économie plus tôt dans le cursus scolaire) ou celui d’élection à un tour sont clairement anti républicains à mes yeux, donc illégitimes et par voie de conséquence devraient pousser à faire des prises de positions communes, des conférences de presse communes. Ce serait montrer la logique de guerre civile de ce gouvernement, son orientation opposée à notre République que je souligne comme beaucoup de citoyens depuis des mois.
Ensuite rien n’empêche de parler aux électeurs de ces partis avant l’élection et de proposer une fois l’élection remportée, si le rapport de force est bon, des domaines restreints où des représentants de ces partis pourraient participer ; pas de problème si l’axe centrale est bien à gauche, ainsi une ministre de la justice comme Lepage n’aurait strictement rien de choquant puisque sur cette question il y a très probablement un accord possible. C’est la main tendue au vaincu finalement et c’est faire de l’éducation populaire en expliquant qi’il existe des clivages forts mais aussi qu’il n’y a pas que du binaire dans la vie.
Ce gouvernement est sorti du consensus républicain à mon sens et je crois que nous sommes assez nombreux à le penser ; agir en sorte de l’exclure du cadre me semble sain tout en maintenant des clivages en vue d’une vie démocratique et républicaine ensuite. Je ne dis pas l’interdire, même si je soutiens l’idée de commissions devant lesquelles certains responsables devraient passer, mais bien marquer que ce gouvernement et les partis qui le soutiennent doivent être identifiés et désignés dans tous débats comme anti républicains… pas encore anti démocratiques, même si ce gouvernement et ses soutiens flirtent progressivement avec un autoritarisme mou, tout comme certains socialistes, comme l’a montré la revision de la Constitution à Versaille en vue de faire passer le Traité de Lisbonne contre la population.
Je peux rajouter que faire ces actions communes aurait un avantage stratégique mais aussi un impact utile du point de vue républicain, puisque ces partis de droite ou du centre seraient plus visibles (je pense à Debout la République) et non seulement affaibliraient l’UMP mais aussi feraient rentrer des citoyens et élus dans un projet collectif républicain.
Pour exemple je proposerais assez de boycotter toute élection qui se ferait à un tour, c’est contraire à notre consensus républicain, assumons le ensemble!

Publié dans politique

Commenter cet article