Convergence, cooptation et corrosion

Publié le par stéphane.grim

Commentaire sur le forum lié à l"émission d'Arrêt sur Image : "Mais quelle ligne j@une a bien franchi Peillon ?"
Dialogue sur le forum : "Utilité ou Indignité du débat "

Bonjour,
je trouve votre échange (achab et monnet) intéressant ; pour autant là, moins que sur le plateau, il me semble qu'une approche est manquée. Sur le plateau on constate plutôt une tendance à peu "radicale" où relative manipulation et éthique s'affrontent.
Vous avez effectivement évoqué ce soupçon global puis le fait qu'il faut distinguer la sincérité de la légitimité d'un discours. Vous finalisez en voulant repousser une démarche trop psychologique.
On peut avoir une autre approche.

D'abord la sincérité de nos actes n'empêche aucunement d'y mêler consciemment ou pas, dans le déni ou assumé une part de manipulation. Nous acceptons dans nos actes quotidiens et dans le même mouvement de pensée des acommodements entre ces deux pans. En clair Chabot peut tout à fait croire son débat équilibré et sain et penser "en même temps" qu'il y a des intérêts qui sont servis et intéressants à servir dans son organisation. Cela peut être emboité ou opposé et schyzophrène mais c'est une réalité quotidienne et l'éducation, le travail d'émancipation nous aident sans nous libérer de cela totalement.

Ensuite et là je vais rebondir sur des propos tenus plus bas dans ce forum concernant "Le Siècle". Ce qui nous construit c'est une partie de génétique difficile à cerner, une part de libre arbitre encore plus difficile à trouver et qui relève largement de la foi et d'une grande proportion probable d'éducation. Or étant par nature des animaux de culture et de relationnel nous baignons dans l'influence continuelle. Lordon sur le plateau d'ASI ne dit rien d'autre lorsqu'il explique que les structures nous transforment et qu'il se refuse pour ça à devenir chroniqueur radio.
Ce qu'on peut penser par expérience de nos vies respectives c'est que la cooptation et les convergences sont notre lot quotidien. Nous le voyons dans nos entreprises où les personnes accèdent à des responsabilités en partie pour des compétences "techniques" mais largement aussi pour leur comportement, leurs valeurs et leurs convergences avec leurs supérieurs. Ce qui entre parenthèses met actuellement bien souvent les plus incompétents humainement aux postes à responsabilités. Ils sont juste adaptés au contexte, assez abject ces temps ci.

Peut on croire que pendant le référendum de 2005 l'immense majorité des éditorialistes, des plumes de renom, des experts patentés et médiatiques n'étaient que des vendus cyniques. A l'évidence ce n'est pas possible. Il y a tout simplement un phénomène très "psychologique", justement, de convergence qui ne peut donner que globalement la même vision. Ca n'enlève pas la possibilité de regards différents mais leur existence tend plus à valider l'idée de liberté et pluralité quand dans la réalité l'uniformité est éclatante pour celui qui n'appartient pas à ce groupe de pensée.
Ainsi J.F. Kahn ou D. Schneidermann, S.Alimi... sortent du lot. Il faut préciser d'ailleurs que la démarche d'Alimi est justement de refuser de servir de caution (je ne dis pas et ne pense pas que les autres le font).

Lorsque les internautes ici parlent du Siècle, ce club restreint qui se réunit mensuellement, le risque est évidemment de parler de complot comme on refuserait de croire à la sincérité des uns et des autres. Ce club fondé après guerre avait visiblement pour but de créer des convergences justement entre différents secteurs et personnes occupant un poste d'importance. L'idée n'est pas affreuse mais elle porte en son sein le germe de l'enfermement. Le fait de manger par petite tablée élaborée pour alimenter un débat est propre à accentuer une fermeture sociale. On ne peut pas dire que tous pensent pareille ; Chevènement est invité de ces tablée, on ne peut pas dire qu'il soit sur la même ligne que Jospin ou Aubry qui y sont aussi. Mais dans une société où les ghettos de riches s'accentuent, où l'éducation isole progressivement un groupe très installé, il est logique que la conscience de classe et donc une vision du monde assez identique se forge ou plutôt se renforce.
En clair s'il n'y a pas de grand complot ou de grande malhonnèteté il y a les conditions réunies pour accentuer des convergences même déniées, et des actions pensées coordonnées.

Publié dans politique

Commenter cet article