Crises liées... Lier les réponses

Publié le par stéphane.grim

Réaction aux deux propositions de la gauche du PS : http://benoithamon.fr/2008/09/09/lettre-de-reconquetes-et-de-changer/#comment-4141 20.09.2008

Très court… je pense qu’au sein des 5 points proposés dans le communiqué de JLM, le point 3 est fondamental alors qu’il est peu visible dans vos 6 points.

Je le reprends : “la centralité du partage des richesses et la remise en cause du modèle productif dominant et donc l’instauration d’une véritable planification écologique du développement de notre pays”.

Pour faire simple, allier la crise sociale à la crise environnementale est indispensable.
Chez les écologistes le point aveugle est souvent le social, chez les socialistes c’est la gravité extrême (et je pèse les mots et renvoie pour ne pas faire lourd et trop engagé aux études d’institutions internationales, c’est pour dire…) de la situation environnementale qui est mal cernée.
C’est pourquoi relier les deux de cette manière ET remettre en cause le modèle productif (ce qui est du point de vue du contenu “révolutionnaire” puisque cela fait passer cul par dessus tête une bonne partie de nos fondamentaux actuels) est incontournable.

On ne peut probalement rien faire sans un contrat clair où la justice sociale permettra de proposer une véritable action écologique.
Pourquoi ? Parceque si ce sont les classes dominantes qui donnent le modèle auto-destructeur, ce sont les classes moyennes et populaires qui ont l’impact le plus fort. Ce qui signifie que pour créer un “fonctionnement durable” (et non un développement durable ce qui est contradictoire), il est essentiel que ce qui est ressenti comme perdu en mode de vie (même si c’est discutable) doit être compensé par ce qui est gagné en justice sociale.
La question du choc fiscal est probablement centrale là dedans.

Il restera un problème incontournable, c’est le refus radical d’une partie au moins de cette couche supérieure de changer et sa capacité à mobiliser par ses relais. Et là ce n’est pas que le mur de l’argent du Cartel des Gauches ou du Front Populaire, c’est plus profond ; ne nous trompons pas, ils refuseront quel qu’en soit le coût de modifier leur vision. Il faudra bien penser une réponse pour ne pas rater ce rdv.
Je renvoie à un ouvrage clair et qui synthétise très bien cela : “comment les riches détruisent la planète” de Hervé Kempf” au Seuil.

Derniers points : il ne faut pas croire que la planification c’est forcément la justice sociale, au niveau européen des propositions de planification arrivent… de la droite et c’est très inquiètant vu les idées qui y sont associées.
Il ne faut pas croire non plus que l’écologie c’est la justice sociale ; l’exemple de l’Union Européenne actuelle est flagrant.
Ces questions ne peuvent être séparées à moyen ou long terme, mais à court terme c’est tout à fait possible et concret.
Enfin stratégiquement cette vision permet de contrer honnêtement le MODEM et leur possible (très probable) rapprochement avec l’ensemble écologiste et (comme le dit avec amusement Fred Vargas) la gauche de la gauche errante, c’est à dire la nébuleuse alter et d’autres mouvances très à gauche mais non violentes et rétives aux partis. .. D’autant que le MODEM est encore au prise avec un programme économique qui anihile son programme démocratique et écologique.

J’espère de tout coeur que vous n’oublierez pas ça, car derrière ce n’est pas juste une société violente et ultra inégalitaire qui se profile c’est un chaos inimaginable, quelqu’en soit le catalyseur, pics d’hubbert notamment pour le pétrole, effet de seuil dans la crise climatique, chute massive de la biodiversité, crise sanitaire majeure etc

Bonne chance

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article